Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier. 71% de comptes d’investisseurs particuliers perdent de l’argent lors du trading CFD. Vous devez vous assurer que vous comprenez comment les CFD fonctionnent et que vous pouvez vous permettre de prendre le risque de perdre votre argent.

Tout savoir sur les CFD (Guide 2021)

trader forex illustration

CFD signifie Contract For Difference. Comme son nom l’indique, c’est un instrument financier qui permet de parier sur la différence entre le cours d’un actif au moment du contrat et le cours au moment où le contrat est clôturé.

Un CFD fonctionne dans les deux sens : si vous aviez parié sur une différence à la hausse, et que le cours a bien monté, vous gagnez. Même chose pour le scénario inverse.

Il s’agit d’un contrat entre vous et un courtier, mais il peut s’agir aussi d’une banque d’investissement.

Depuis une dizaine d’années, les sont devenus particulièrement populaires parce qu’ils permettent aux particuliers de spéculer sur le cours d’actifs aussi divers que : actions, indices, matières premières, métaux, devises … Inutile de posséder ces actifs, pas d’obligation de livrer quoique ce soit comme cela peut être le cas avec les contrats à terme.

Découvrez notre guide détaillé et tout ce qu’il faut savoir sur les CFD. 

 

Le fonctionnement des CFD

 

Comment fonctionne un CFD ?

 

Avec un CFD, vous spéculez.

Vous n’achetez pas l’actif sous-jacent, qui peut être une action (action Tesla), une paire de devises (EUR/USD), une matière première (Pétrole), une crypto-monnaie (bitcoin).

Concrètement, vous achetez ou vendez un certain nombre d’unités d’un contrat, la taille du contrat étant exprimée en lots :

 

CFD : actifs sous-jacents et contrats (exemple chez le broker CFD eToro)
Actif-sous jacent Exemple Taille du contrat standard
Action CFD TESLA 1 lot = 1 action TESLA NASDAQ100
Indice CFD CAC 40 1 lot = 1 Niveau du CAC 40
Matière CFD WTI 1 lot = 100 barils de Pétrole West Texas Intermediate
Métal CFD GOLD 1 lot = 100 onces d’Or NYMEX
Devises CFD EUR/USD 1 lot = 100 000 Dollars américains
Cryptomonnaie CFD BTC/USD 1 lot = 1 Bitcoin

 

Comment trader les CFD ? (Exemple)

 

Pour trader les CFD, il faut essentiellement posséder un compte de trading ouvert auprès d’un broker CFD et passer par les étapes suivantes :

  1. Comprendre le fonctionnement d’un CFD
  2. Ouvrir et alimenter un compte de trading
  3. Développer un plan de trading
  4. Chercher une opportunité de trade
  5. Ouvrir une position
  6. Suivre et clôturer votre position

 

Exemple : Trader le CFD Action TESLA 

Pour vous illustrer les mécanismes d’un trade CFD, nous allons trader le CFD sur l’action TESLA. Cette action est actuellement dans une tendance haussière, d’où sa grande popularité auprès des traders.

Pour simplifier, disons que l’action cote à 98/100 $ : 

  • 100 $ étant le prix d’achat (ask), 
  • 98 $ étant le prix de vente de l’action (bid), 
  • 2$ de différence représentant le spread (ask – bid).

Commençons par acheter 100 CFD, à 100 $ le contrat.

Une commission de 10 $ est appliquée par votre broker, soit 0,10% de votre trade.

Le CFD TESLA a une exigence de marge de 3%, ce qui signifie que vous ne mobilisez que 3% du capital total nécessaire à la transaction. Cela équivaut à : 300 $ sur les 1 000 000 $ nécessaires.

Maintenant examinons le scénario d’un trade gagnant et celui d’un trade perdant.

 

Trader les CFD : exemple d’un trade sur le CFD Action TESLA 
Scénario 1 – Gain Scénario 2 – Perte
Cours initial (bid/ask ouverture) 98 / 100 98 / 100
Volume tradé (Nb lots) 100 lots 

(= 100 actions)

100 lots

(= 100 actions)

Taille du trade (Nb lots x Valeur du contrat) 10 000 $

(=100 lots x 100 $)

10 000 $

(=100 lots x 100 $)

Marge de position (3%) 300 $

(= 10 000 $ x 3%)

300 $

(= 10 000 $ x 3%)

Commission (0,10%) 10 $

(= 10 000 $ x 0,10%)

10 $

(= 10 000 $ x 0,10%)

Cours final (bid/ask clôture) 110 / 112 90 / 92
Commission (0,10%) 11 $

(= 11 000 $ x 0,10%)

9 $

(= 9 000 $ x 0,10%)

Profit net / Perte nette

979 $

(= 11 000 $ – 10 000$ – 10 $ – 11 $)

-1 019 $

(= 9 000 $ – 10 000 $ – 10 $ – 9 $)

 

✅ Scénario 1 : Trade gagnant

Notre prédiction est confirmée, le cours monte et au bout d’une semaine, la cotation affichée est : 110 / 112.

Vous clôturez la position à 110 $.

Une commission de 0,10% est prélevée à l’ouverture et à la clôture. Rappelez-vous de ce point : lorsqu’un broker forex-cfd annonce une commission de 0,10%, cela signifie que la commission totale sur le trade sera plus ou moins égale à 0,20%. Ici, on constate 10$ à l’ouverture + 11$ à la clôture du trade.

Le profit net est de 979 $, alors qu’on n’avait immobilisé que 300 $ sur le trade.

C’est tout l’intérêt de l’effet de levier : en ne mobilisant qu’un pourcentage réduit du capital total nécessaire à la transaction (ici, 300$ sur 10 000$), le broker CFD permet à un petit capital d’aller beaucoup plus loin !

 

❌ Scénario 2 : Trade perdant

Notre prédiction se révèle erronée, le cours retombe à la fin de la semaine. La cotation affichée est : 90 / 92.

Vous clôturez la position à 90 $.

Une commission de 10 $ a été prélevée à l’ouverture, puis une autre commission de 9 $ est prélevée au moment où vous clôturez votre position.

La perte nette est de – 1 019 $, alors qu’on n’avait immobilisé que 300 $ sur le trade.

C’est là que réside le gros risque lié à l’effet de levier : sur un trade perdant, on peut perdre beaucoup plus que le capital immobilisé. Imaginez un instant que votre compte de trading avait un solde de 5 000 $ au moment de commencer ce trade …

 

Quel capital faut-il pour trader les CFD ?

 

Pour trader les CFD, il faut posséder un capital suffisant pour amortir les pertes potentielles sur vos trades.

Une règle commune veut qu’on ne trade que l’on ne risque pas plus de 2% de son capital sur un trade. Autrement dit, un trade où vous risquez de perdre 1 000 $ ne doit être envisagé que si vous possédez un capital d’au moins 50 000 $ (= 1000 $ ÷ 0,02).

Cette gestion prudente du capital est appelée le money management. 

Pour reprendre notre exemple sur le CFD TESLA, un trade perdant de -1 019 $ doit être envisagé seulement si votre capital de trading est supérieur à 50 950 $ (= 1019 $ ÷ 0,02).

Le trader CFD opère un compromis rigoureux entre prise de risque et recherche du profit, dans le but de préserver son capital de trading le plus longtemps possible (plus de détail dans notre Cours sur la préservation du capital et celui sur la gestion des risques).

Quel broker CFD choisir ?

 

Maintenant que vous avez bien saisi le fonctionnement des CFD, il est temps de vous former au trading de CFD.

N’hésitez d’ailleurs pas à consulter notre dossier ultra-documenté sur les meilleures formations en trading disponibles sur le marché français.

Ceci dit, le choix du broker CFD est aussi une étape cruciale. Avec la profusion des acteurs sur le marché, difficile de trouver à quel courtier se vouer !

Voici notre top 6 :

 

Meilleurs brokers CFD : notre top 5
Broker Pays de régulation Principaux avantages
1 IG Allemagne (BaFin) Leader mondial des CFD
2 ActivTrades Chypre (CySEC) Les frais les plus faibles
3 eToro Chypre (CySEC) Idéal pour les débutants
4 CMC Markets Allemagne (BaFin) Offre ultra-large
5 Admiral Markets Chypre (CySEC) Exécution ultra-rapide
6 XTB Chypre (CySEC) Coaching et service client de haute volée
7 Saxo Banque France (AMF) Idéal pour les pros

 

Si vous cherchez un broker vous pouvez consulter notre compartif des brokers Forex.

 

La régulation : choisir un broker fiable

 

Un broker CFD régulé n’est pas forcément un courtier de confiance.

Ces dernières années, nous avons donc eu affaire à de nombreux courtiers parfaitement régulés mais qui pourtant ont été condamnés pour des pratiques frauduleuses : manipulations de prix, montages commerciaux illégaux, publicités mensongères …

Au-delà de l’agrément, plusieurs indices peuvent vous mettre sur la voie du bon broker : 

 

  1. Un agrément de référence : privilégiez un broker qui est référencé auprès d’organismes de régulation réputés. Par exemple, eToro est régulé à Chypre pour ses services fournis en Europe, mais il est également agréé au Royaume-Uni (Financial Conduct Authority ou FCA) et aux États-Unis (Financial Crimes Enforcement Network ou FinCEN)
  2. Un “casier” judiciaire limité : jetez un coup d’œil aux articles sur votre broker dans l’actualité récente, pour voir s’il n’a pas eu de démêlés avec un régulateur ou une association de consommateurs …
  3. Une communication saine : lorsqu’un broker commence son argumentaire par des promesses de gains rapides et faramineux, fuyez ! Il y a toutes les chances qu’il s’agisse d’une arnaque. 

 

L’AMF tient à jour une liste des brokers et acteurs sur liste noire.

 

Les frais : choisir un broker compétitif

 

Moins les frais de transaction sont élevés, et mieux vos rendements s’en porteront.

Privilégiez donc un broker avec des frais situés dans la bonne moyenne, comme ceux de notre top 6 où ActivTrades s’illustre particulièrement par ses tarifs agressifs. Pour être plus précis, les indices suivants vous permettront de trouver le CFD broker le plus compétitif sur le plan tarifaire :

 

  1. Des spreads compétitifs : l’essentiel des coûts de trading des CFD étant représenté par le spread, c’est l’élément n°1 auquel il faut prêter attention, en prenant le soin de le comparer aux autres. Veillez également à consulter les spreads moyens historiques voire les spreads par tranche horaire, pas seulement les spreads minimum qui peuvent s’avérer très éloignés des spreads réels …
  2. Des commissions compétitives : sur les CFD actions, les brokers prélèvent généralement 0,04 à 0,10%. En soi, ce niveau reste tout à fait respectable. Mais là où il faut faire attention, c’est le niveau des commissions minimum : un broker peut bien appliquer 0,04% par transaction, mais fixer un minimum de 20€ …
  3. Pas de frais cachés parmi les frais annexes : attention aux frais annexes, où vous tombez parfois sur de mauvaises surprises. Des frais de connexion, des frais de conversion … peuvent rendre vos trades particulièrement onéreux.

 

La plateforme de trading : choisir un broker avec la bonne palette d’outils

 

Chaque broker propose sa plateforme de trading, MetaTrader ou une autre plateforme “maison”.

Il y a finalement peu de différences entre celles-ci, chacun n’hésitant pas à mettre en avant des récompenses obtenues auprès de tel jury spécialisé, magazine de référence, observatoire du trading CFD …

Là où un broker fait la différence, c’est au niveau des outils complémentaires.

En effet, les règles européennes interdisent aux brokers CFD de vous fournir des conseils d’investissement. Conscients que ces conseils sont très populaires parmi les débutants, les meilleurs brokers mettent les bouchées doubles sur les outils complémentaires.

Les outils suivants vous seront particulièrement utiles :

  1. Des scanners de marché : comme son nom l’indique, le scanner va balayer le cours de l’EUR/USD, de l’AUD/USD …  à la recherche de figures graphiques. Donc plutôt que de traiter les graphiques vous-même, un logiciel va le faire à votre place et vous faire gagner un temps précieux. C’est le cas du célèbre AutoChartist, qui est proposé par Admiral Markets
  2. Des indicateurs techniques complémentaires : chez IG, on a par exemple l’indicateur de sentiment de marché IGCS, chez ActivTrades l’indicateur SmartPattern pour prévoir les prix futurs potentiels …

 

En conclusion

 

Les CFD ont de très nombreux avantages, dont celui de permettre à un petit capital d’aller loin.

⚠️ Mais attention à l’effet de levier, qui peut vous faire perdre tout votre capital très rapidement, en l’espace de quelques trades mal sentis !

Nous avons développé un parcours complet, qui vous aidera à comprendre les CFD et à les trader au mieux.

Notre parcours est axé surtout sur l’apprentissage du trading sur le marché des devises et des CFD : 

 

Cours Vidéo Offert