Les CFD sont des instruments complexes et présentent un risque élevé de perte rapide en capital en raison de l’effet de levier. 71% de comptes d’investisseurs particuliers perdent de l’argent lors du trading CFD. Vous devez vous assurer que vous comprenez comment les CFD fonctionnent et que vous pouvez vous permettre de prendre le risque de perdre votre argent.

Qui a créé le Forex ? L’histoire du marché du Forex.

histoire du forex

6 600 milliards $ : c’est le volume journalier des transactions en devises qui s’effectuent sur le marché des changes. A titre de comparaison, les échanges journaliers en titres sur le New York Stock Exchange, le Nasdaq et le Tokyo Stock Exchange réunis se chiffrent à seulement 300 milliards $ ! (Source : Banque des Règlements Internationaux).

Aujourd’hui, le marché du Forex représente le marché le plus accessible et le plus liquide, avec le Dollar américain (USD) qui totalise à lui seul 87% des échanges de devises. Ce marché a été façonné par des évènements importants tels que les accords de Bretton Woods, l’étalon-Or et surtout par la mondialisation des échanges de biens et de services.

L’Histoire tend à se répéter : il est important pour le trader forex de comprendre certains évènements-clés susceptibles de se répéter sous une forme ou une autre.

 

Le marché du Forex

De 1996 à aujourd’hui

1996 marque certainement l’ouverture réelle du trading de devises aux particuliers. C’est l’année où la première plateforme de trading en ligne a fait son apparition.

Des courtiers américains comme Interactive Brokers, broker présent sur le marché depuis 1978, sont des pionniers du trading en ligne.

Ils ont permis à une poignée de particuliers, dès la fin des années 1990, de spéculer activement sur la volatilité des devises (et d’autres instruments comme les actions et obligations d’entreprises) en utilisant l’effet de levier et l’analyse technique.

Parmi les devises, le dollar américain (USD), la livre sterling (GBP) et le yen (JPY) constituaient d’abord l’essentiel des transactions.

Grâce aux courtiers, les particuliers se sont mis à intervenir sur 2 types de marchés de devises, où les institutions étaient déjà présentes :

  • Le marché au comptant (appelé « spot market ») : il rassemble les achats et ventes instantanées de monnaies. Par exemple, si vous achetez la paire de devises EUR/USD, vous achetez au comptant une quantité d’euro grâce à la vente au même moment de son équivalent en dollars. Les transactions spot représentent environ 33% du volume échangé sur le forex.
  • Le marché dérivé (appelé « derivatives market ») : différents instruments dérivés permettent aux traders de spéculer sur des paires de devises et des taux de change sans réellement détenir ces devises. On trouve ainsi des swaps de devises, des CFD devises, des contrats à terme (futures) sur des devises ou encore des options sur devises. Le marché à terme représente les 67% du forex, soit l’essentiel des volumes échangés.

Tel que nous le connaissons, le trading Forex sur une plateforme de trading comme MetaTrader est donc finalement assez récent.

 

Dans les années 1980

Avant l’apparition d’internet, les changes se faisaient via un réseau de communication très particulier.

Ce réseau privé permettait la diffusion des informations financières aux différents intervenants : flux de cotations, volumes échangés, analyses, données économiques …

Par exemple, 3 agences américaines se chargeaient de collecter la cotation d’une devise puis de diffuser les cours de devises sur des terminaux spéciaux : Bloomberg, Thomson Reuters et Electronic Broking Services.

Pour autant, le marché des changes était réservé à 4 catégories d’acteurs qui interagissaient au téléphone (puis plus tard par télex):

Acteurs du marché des changes : logiques et objectifs
Acteur Exemple d’acteur Objectifs et logiques
Entreprises Multinationale commerciale et industrielle
  • Régler des partenaires commerciaux
  • Se protéger contre le risque de changes
Etats / Gouvernements Banque Centrale
  • Stabiliser le cours d’une monnaie nationale
  • Aider les exportateurs à rapatrier les règlements reçus en devises 
Institutions internationals FMI

OCDE

Banque Mondiale

  • Aider le système bancaire d’un pays en difficulté
Spéculateurs Fonds spéculatif

Fonds de pension

  • Faire des profits grâce à la fluctuation d’une devise
  • Protéger les fonds des clients en les plaçant sur des devises stables (yen japonais)

 

Evolution historique du Forex : les évènements-clés

Le marché des changes remonte à l’Antiquité : un consensus attribue aux Egyptiens et aux Babyloniens des systèmes élaborés d’échange et des pièces de monnaie frappées pour faciliter les transactions commerciales de leurs marchands.

Des systèmes qui évoluent sous une forme ou une autre, avant que les principales puissances commerciales tombent d’accord en 1875 autour de l’Etalon-Or. Les devises sont garanties par les réserves d’or détenues par chaque pays, ce qui apporte une uniformité bienvenue car les transactions sont désormais évaluées en onces d’or.

L’histoire moderne du marché des changes est un peu l’histoire de l’or et surtout du dollar américain. Le système monétaire moderne a été façonné par quelques évènements-clés autour de ces deux valeurs :

La guerre de 1914 pousse les gouvernements à mettre en place un système de contrôle des changes, tout en suspendant l’obligation de convertir leurs monnaies nationales en or.

Après 1918, de nombreux pays européens et asiatiques connaissent en effet une inflation très forte. Durant 5 années, les taux de change entre devises flottent assez librement, en tenant compte de l’offre et de la demande. Non sans ratés : des pays comme l’Allemagne souffrent de l’effondrement du mark, devise très peu utilisée dans les échanges commerciaux.

La conférence de Gênes de 1922 crée de manière très élaborée un système d’étalon de change basé sur l’or. Concrètement, chaque Etat peut émettre de la monnaie tant qu’il dispose de réserves d’une devise convertible en or appelée « étalon ». La livre sterling (GBP) sert d’étalon, avant de s’effacer au profit du dollar américain.

La crise d’octobre 1929 révèle les effets de la surproduction industrielle aux Etats-Unis, en plus des conséquences de la spéculation boursière et du recours massif des ménages américains au crédit. Les cours des actions de compagnies industrielles s’effondrent, le crédit s’arrête brutalement, le chômage explose.

Dès 1931, l’Allemagne et le Japon contrôlent drastiquement les changes yen-mark, et de son côté la Grande-Bretagne stoppe la convertibilité de la livre sterling en or. Une « zone sterling » est créée. Elle est imitée par les Etats-Unis et la France, qui suspendent la convertibilité de leur monnaie et créent des zones d’échange monétaire.

En juillet 1944, les accords de Bretton Woods font passer le dollar au statut de devise de base. Le dollar américain est donc définitivement consacré comme étalon, convertible en or : chaque Etat doit s’assurer que sa monnaie nationale soit convertible en dollar ou en or, selon ses réserves d’or propres.

Durant les années 1960, le cours du dollar fluctue beaucoup, créant une certaine impuissance des banques centrales. Le 15 août 1971, la convertibilité du dollar en or est suspendue, car les réserves d’or américaines ne sont plus suffisantes face au volume de dollars en circulation. Le dollar est dévalué pour tenter de stabiliser le marché des changes.

En 1972, le Serpent Monétaire Européen (SME) est créé pour stabiliser les cours des monnaies européennes entre elles et maintenir une confiance durable sur le marché des devises.

En 1973, le régime des changes flottants est désormais privilégié par les autorités monétaires européennes, qui poussent pour se défaire de la prééminence du dollar américain dans les transactions commerciales entre pays européens.

En septembre 1985, les accords du Plaza aboutissent à une forte dévaluation du dollar, concertée cette fois, en raison des banqueroutes successives de caisses d’épargne aux Etats-Unis.

Au printemps 1992, le SME subit une crise liée à la spéculation sur le forex. Première victime des fonds spéculatifs, la livre sterling est retirée du régime de change fixe européen le 17 septembre 1992, à la suite de trades spectaculaires comme celui de Georges Soros qui vend à découvert la livre sterling de manière massive. Puis c’est au tour d’autres monnaies européennes d’être fortement dévaluées, dont la punt irlandaise, la peseta espagnole et l’escudo portugais.

En juillet 1997, les devises asiatiques s’effondrent à la suite de la chute du bath thaïlandais. Les cours du peso philippin et de la roupie indonésienne dévissent également, étendant la crise monétaire aux pays partenaires commerciaux tels que Hong Kong, Singapour, Taïwan et la Corée du Sud. Les marchés asiatiques chutent fortement et le FMI vole à leur rescousse en y injectant près de 60 milliards de dollars américains pour les renflouer et stabiliser un marché des changes en perte totale de liquidité.

En janvier 1999, l’euro est lancé et remplace les monnaies nationales des pays membres de l’Union Européenne à partir de 2002.

En 2007, la crise des subprimes s’étend des Etats-Unis à l’Europe puis au monde entier pour aboutir à une crise bancaire en septembre 2008. L’intervention du Gouvernement américain ne relâche pas les tensions autour du dollar.

Depuis 2011, la volatilité règne sur le marché des devises : le dollar décline mais conserve sa place de devise de base, l’euro est régulièrement mis à mal par des crises de dettes souveraines, le  et le yuan chinois monte en puissance contre le dollar.

 

Conclusion : l’Histoire tend à se répéter

Pour le trader/investisseur forex débutant, comprendre l’enchaînement de ces évènements-clés permet de garder un œil critique sur les tendances à long terme, tout en devenant progressivement expert dans l’analyse des tendances à court terme (grâce à l’analyse technique).

Pour une paire de devises comme l’euro-dollar, la tendance à court terme est souvent différente de la tendance à long terme.

Quoiqu’il en soit, le marché des changes est entièrement décentralisé, il est donc important de comprendre ce qui se passe à Londres, New York, Hong Kong et Tokyo aussi bien qu’à Paris.

Londres domine pour l’heure le marché des changes, avec plus de 30% des transactions. Pour autant, les traders forex chevronnés auront remarqué que son poids diminue graduellement depuis 2013, au profit de places asiatiques et d’autres places européennes comme Amsterdam et Paris (qui compte pour 2,3% des échanges sur le forex).

Cours Vidéo Offert